Nostalgie,

Je suis peiné de voir notre société décadente d’aujourd’hui, je suis choqué de voir ce manque de volonté qui anime les grands combattants virtuelles.

 

Où est le temps où les gens avaient le courage d'afficher publiquement leurs convictions?

 

Il y a plus de 30 ans, dans un petit village charmant, nous étions jeunes et empreints, déjà à cette époque d'une volonté sans restriction.  

 

C'était l'époque où nous les ‘'voyous " du village commettions nos ‘'crimes ", le tirage de sonnette était un de nos faits d'armes. Notre base, le parc tout près de l'eau, lieu où se rassemblaient aussi les plus âgés du village, à l'ombre des arbres, ils profitaient de cet endroit magnifique.

La cohabitation des deux générations était parfaite, personne ne devait venir gâcher leur journée, il se serait immédiatement fait prendre à partie par nous ces ‘ voyous ".

 

Au fil des années, notre village a vu débarquer un nombre de plus en plus croissant d'immigrés venus de pays culturellement différent.

 

Nous avions entre 16 et 18 ans et les joies de l'adolescence aidant, notre base à changer, c'était le bistro avec son billard et ses jeux. Notre base avait complètement changé de culture et nos aïeux , ils ont quitté leur banc sous l'arbre pour nous rejoindre au bistro.

 

Le village devenait multiculturel selon la volonté des politiques en place à l’époque déjà.

 

Au nom du vivre ensemble, une mosquée s'est ouverte, je me souviens encore très bien de l'endroit, c'était en face du boucher. Chaque vendredi des attroupements de musulmans provenant de toutes les communes avoisinantes peuplaient les trottoirs et la rue. La nervosité commençait à se faire sentir. Les incivilités se fessaient de plus en plus fréquentes et dans un village cela se voit rapidement.

 

Si nous avions déjà tous une éducation conservatrice, c’est ce jour-là que nous sommes devenus des patriotes. Un soir, nous étions cinq et pour la plupart fils de commerçants du village, nous avons attaqué la mosquée, nous y sommes entrés et cassés tout ce que nous pouvions, jusqu'au tableau de fusible, malheureusement une personne adepte du vivre ensemble nous a surpris et ce qui devait arriver est arrivé, police justice et les frais payés par nos parents, en prime la bonne tripoté maison.

 

Mais ce faits d'armes à fait de nous ce que nous sommes, des combattants et depuis ce moment aucun d'entre nous n'ont jamais nié leur appartenance. Que ce soit face à son entourage, à son patron ou à qui que ce soit et au risque de tout perdre, nous avons et nous continuons notre combat.

 

Certains on connut la prison, d'autres ont perdu un emploi, mais tous ont compris que ce combat ne peut se faire qu'en donnant de sa personne.

 

Alors aujourd'hui, je vois un tas de cybers combattants qui vont tout casser derrière leur écran et bien, je rigole.

 

Vous voulez réellement changer cette société alors rejoint ceux qui se battent souvent à dix contre cent, mais rejoignez-les.